Natalia Osipova présentera la performance LA MÈRE au Théâtre d’Art de Paris –


Les 24, 25 et 26 mai, Paris verra la première de la production de ballet du célèbre chorégraphe Arthur Pita “La Mère” Natalia Osipova, prima du Royal Ballet de Londres, l’une des ballerines les plus brillantes et les plus recherchées au monde. Après un succès retentissant à Édimbourg, le projet sera présenté à Paris sur la scène du Paris Art Theatre. Gorki.

“La mère” – adaptation en ballet d’un conte de fées méconnu Hans Christian Andresen “L’histoire d’une mère”qui, depuis sa création en 1847, a inspiré des artistes de différents pays.

L’idée de la production est née du célèbre chorégraphe britannique Arthur Peetaque les critiques appellent “David Lynch du ballet contemporain”, après avoir mis la main sur un livre de dessins de l’artiste italien AkaB pour “L’histoire d’une mère”. L’image du personnage principal, une mère qui s’est battue contre la mort pour la vie de son enfant, ne pouvait être incarnée sur scène que par une ballerine au talent et au talent exceptionnels. Le chorégraphe a immédiatement pensé à Natalia Ossipova« À bien des égards, c’est un ‘nouveau territoire’ pour Natalia, qui n’a jamais joué le rôle d’une mère auparavant », explique la chorégraphe. « De plus, le genre de ballet « narratif » que nous recherchons est très éloigné du classique, dans lequel elle a dansé presque toutes les parties principales. Mais Natalia fait confiance à ses sentiments et à ses instincts, et permet sans crainte au personnage qui s’incarne sur scène de se capturer complètement.”

Natalia Osipova a déjà collaboré avec Artur Pita dans des productions “Façade” (2015), Cours Marie Cours (2016) et “Vent” (2017). Elle a toujours été attirée par le ballet moderne, sur le territoire duquel Natalya existe avec le même éclat que dans les classiques.

Natalya Osipova : « Le conte de fées m’a attiré par le fait que je n’avais jamais rencontré de tels rôles auparavant. J’ai joué des sentiments différents, mais l’amour, qui ira jusqu’au bout et sacrifiera tout ce qu’il a, n’était pas nécessaire. Arthur Pita me connaît si bien qu’il a tout de suite compris que je ne pourrais pas passer à côté.”

Le partenaire d’Osipova, jouant le rôle d’un masque changeant de la Mort, était Jonathan Goddard, qui a été acclamé par le public et la critique en tant que danseur et chorégraphe, travaillant à la fois dans le ballet et le théâtre dramatique. Goddard est nominé aux Olivier Award (2008) et titulaire du plus prestigieux Critics’ Circle National Dance Award, Best Male Dancer (2014).

Un artiste et scénographe a également participé à la production de la performance. Yann Sarba, compositeurs et musiciens multi-instrumentaux Frank Moon et David Price, et scénariste Anna Rulevskaïa